SOYEZ LES BIENVENUS SUR LE SITE D'ALEXANDRINA

JEAN XXI
Pedro Julião ou Pedro Hispano
(1205-1277)

- seul pape portugais -

EXTRAIT BIOGRAPHIQUE

 

 

 

 

 

Pedro Julião Rebelo naquit à Lisbonne, au Portugal, entre 1205 et 1213 au sein d’une famille obscure, disent les uns, au sein d’une famille noble, disent d’autres, lui trouvant même des liens  de parenté avec les Médicis.

Quoi qu’il en soit, Pierre fit ses premières études à Lisbonne, dans l’école de la Cathédrale, puis, contrairement aux habitudes de son temps, il ne rejoignit pas Coimbra pour y poursuivre sa formation mais partit à Paris, où il arriva en 1235.

Le fait qu’il ait fréquenté l’école de la Cathédrale de Lisbonne et qu’ensuite il ait pu rejoindre la capitale française, tends à démontrer que sa famille était aisée, à défaut d’être noble.

À Paris il fréquente l’Université et y fait ses humanités, devenant par la suite, pense-t-on professeur de cette célèbre institution. Il y eut « comme condisciple un certain Roger Bacon qui marquera la philosophie et la science de son temps, et comme professeur Albertus Magnus, qui lui enseigna la physique et la métaphysique d'Aristote » [1] . Puis ce fut Montpellier et Salerne, où il étudia la médecine. Il prêta serment à Sienne le 11 janvier 1245, devant quatre témoins. Un an plus tard il y était nommé professeur et y enseigna son art jusqu’en 1250.

Il ne se destinait donc pas à la vie ecclésiastique, mais bien à la médecine où il était devenu une sommité de l’époque, ses conseils étant recherchés par les plus grands de son temps. Dante lui-même en parle dans la Divine Comédie — Paradis, chant XII.

Le destin est très souvent capricieux… et, comme il est écrit: « les voies du Seigneur impénétrables » !

On perds tout d’abord un peu la trace de Pierre, puis, en 1260, on le retrouve à Léon, où il est fait chanoine et vit « dans l’entourage du Cardinal Ottobono Fieschi, qui sera plus tard le Pape Adrien V, l'accompagnant dans ses voyages et déplacements » [2] .

Le roi du Portugal, Alphonse III lui offrit, le 20 juillet 1263, le prieuré de Saint-André de Mafra que le fameux médecin devenu chanoine accepta. Les titres honorifiques vont alors tomber abondamment sur sa personne : il fut fait chanoine et doyen de la Cathédrale de Lisbonne ; trésorier-major de celle de Porto ; archidiacre de Vermoim, au diocèse de Braga et enfin Prieur de la Collégiale de Guimarães, la ville “berceau”. Mais cet homme d’une rare culture, devait encore être bien davantage honoré. Le siège de Braga devenant vacant, il fut choisit, en 1272, pour occuper le siège de cette ville archiépiscopale et dont l’occupant bénéficie du titre de “Primat du Portugal et des Espagnes”. Il n’y resta pas longtemps car le Pape Grégoire X le fit appeler auprès de lui, comme médecin et le nomma cardinal-archevêque de Tusculum en 1273. Lors du Concile général de Lyon, en 1274, Pierre Hispano y accompagna le Pape.

Grégoire X décéda en janvier 1276 et fut remplacé par Pierre de Tarentaise qui prit le nom d’Innocent V. Celui-ci mourut la même année et le cardinal Ottobono Fieschi, sous le nom d’Adrien V le remplaça jusqu’au 18 août 1276, jour de son décès.

Après 26 jours d’interrègne, le 13 septembre 1276, le conclave réuni à Viterbe élut Pedro Hispano qui prit le nom de Jean XXI, alors qu’aucun pape n’avait porté auparavant le nom de Jean XX.

Il ne siègera pas à Rome mais à Viterbe, petite ville située au nord de Rome.

« En dépit de ses responsabilités de Pape, Jean XXI ne renonça jamais à la poursuite de ses études scientifiques. Afin de s'assurer la tranquillité nécessaire pour une telle tâche, il fit ajouter un appartement privé au palais papal. Or, le 14 mai 1277 le toit de cet appartement s'effondra alors qu'il s'y trouvait, le blessant grièvement. Six jours plus tard, le 20 mai 1277, il devait mourir des suites de ses blessures. Jean XXI fut enterré dans la Cathédrale San Lorenzo, à Viterbe dans une des chapelles » [3] .

Son règne fut certes court, mais on peut relever quelques actions importantes :

Il organisa une croisade et fit tout ce qui était en son pouvoir pour la réintégration de l’Église orientale dans le sillon de l’Église romaine. Cela se concrétisa en avril 1277, suite au Synode de Constantinople où l’empereur byzantin décida de revenir au sein de l’Église Romaine.

Pedro Hispano laissa une importante œuvre littéraire d’où ressort particulièrement Thesaurus Pauperum (Le Trésor des Pauvres).

Alphonse Rocha

[1] Dr Francis John Barrie et le professeur André Mathis (CHU Toulouse-Rangueil France) : “Un ophtalmo devenu pape en 1276, Jean XXI”.

[2] Idem.

[3] Idem.

 

 

Pour toute demande de renseignements, pour tout témoignage ou toute suggestion,
veuillez adresser vos courriers à
 :

alexandrina.balasar@free.fr